Jouer son jeu

Auteur: 

Mathieu
Portrait de Mathieu

Jouer son jeu

Il y a une chose qui m'a perturbé pendant longtemps,

C'est un sujet sur lequel les gens ont souvent un avis tranché,

Est-ce qu'on est libre de choisir sa destinée, ou est-ce que tout est écrit à l'avance?

J'ai toujours eu du mal à me situer entre les deux, l'esprit se baladant entre les deux extrêmes.

Il y a quelques temps, j'ai réalisé que plusieurs théories sages convergeaient,

Du côté des grecs il y a très longtemps, les Stoïciens disaient que, tel un rôle dans une pièce de théâtre,

On avait tous un rôle qui nous était assigné dans la vie, un rôle que l'on n'avait pas choisi

Et qui nous imposait une couleur de peau donnée, une chevelure spécifique, des expériences vécues,

Mais qu'il nous appartenait à chacun de jouer ce rôle de la meilleure façon possible.

Je me rappelle aussi d'un livre de Phil Jackson, coach mythique des Bulls, personne imprégnée de philosophie bouddhiste,

Où il disait que dans une équipe, c'est à partir du moment où chaque joueur connaît et assume les limites de son jeu,

Qu'il peut alors se libérer et exceller dans son rôle unique, et que l'équipe peut alors atteindre des sommets.

Une prière chrétienne dit: "Mon Dieu, donne moi la force d'accepter ce que je ne peux pas changer,

De changer ce qui peut l'être, et d'avoir la sagesse pour savoir distinguer les deux".

La philosophie grecque, les enseignements de Bouddha ou de Jésus, lorsque tout converge vers la même direction,

Cela me met la puce à l'oreille, je me dis qu'on atteint sûrement alors une vérité universelle.

Alors je vais essayer d'avancer dans la vie, tel un joueur de basket ou un acteur de théâtre, en m'acceptant tel que je suis,

Et en essayant, avec l'aide d'un peu de sagesse divine, d'améliorer mon jeu autant que possible.

 

Commentaires

Préconnaissance ou prédestination ?

De l'avis de l'auteur C.S. Lewis (connu pour Les Chroniques de Narnia, mais aussi pour son oeuvre apologétique sur des sujets liés à la foi chrétienne), Dieu n'est pas dans le temps comme nous le sommes. Afin d'illustrer ce que cela implique il donna une petite illustration. "Disons que j'écris un roman. J'y écris "Marie posa son travail, à l'instant même on frappa à la porte" Notons que pour Marie, entre l'abandon de son travail et le bruit à la porte il n'y a pas de passage du temps. Mais moi, qui suis le créateur de Marie je ne vis pas dans ce temps imaginaire. Entre l'écriture de la première partie de la phrase et celle de la deuxième je peux m'asseoir pendant 3 heures et penser à Marie. Je peux réfléchir à son sujet comme si elle était le seul personnage dans tout le livre et pour aussi longtemps que cela me plairait. Et tout le temps que j'y consacre (en tant que auteur) n'aura aucune influence sur le temps de Marie. Elle ne s'en apercevra jamais.
Dieu n'est donc pas pressé de répondre à tous nos appels (comme la standardiste frustrée pouvait le faire à l'époque où les téléphones furent introduits dans la première moitié du 20e siécle). Il a tout son temps. Il peut consacrer un temps infini à chacun d'entre nous, de manière personnelle. Il n'a pas à nous traiter "en vrac", ni crier "NEXT"! Il remarque que lorsque Christ est mort, Il est mort pour toi individuellement comme si tu étais la seule personne dans l'univers.
Lewis note également qu'une des difficultés liées au fait de croire que Dieu est "dans" le temps tout comme nous, vient du fait que Dieu sait aussi ce que nous allons faire dans l'avenir. Mais comment pouvons-nous être réellement libres si Dieu sait ce que nous allons faire ? Pour expliquer ce paradoxe, Lewis retourne à son analogie du roman. Lorsque nous lisons un roman, nous pouvons la lire de manière linéaire, un chapitre après l'autre, en commençant par le début. Mais certains lecteurs impatients feront fit de toutes les conventions littéraires et iront lire le dernier chapitre avant d'en avoir terminé le reste. Ils auront triché ! Mais en trichant de la sorte ont-ils contraint l'auteur à écrire le scénario qu'il a publié ? Évidemment pas ! De même, Dieu, s'il connaît notre avenir à l'avance, cela n'impose aucune contrainte sur la race humaine. NOUS écrivons notre histoire ! Dieu n'est donc pas "dans" le temps du tout. Il vit dans un éternel présent, car l'espace et le temps ont été crées par Lui. 1920, 1960, 2016, 2020 sont tous présents pour Lui, car sa vie est Lui-même. Le temps c'est sa création, Il en fait ce qu'il en veut; tout comme le potier avec l'argile. Les contraintes que nous vivons en tant que créatures délimités dans le temps ne Le touchent nullement. La pré-connaissance n'implique donc pas nécessairement prédestination.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.